Bienfaits·Côté cuisine

Mise à poil de l’ail des ours …

Tous les connaisseurs en matière de cueillette ne cessent d’en vanter le goût et les vertus. Cette année, je n’ai pas oublié d’indiquer dans mon calendrier ce rdv pour le moins particulier…

Selon la légende, les feuilles de l’ail des ours seraient le premier aliment mangé par l’ours pour reprendre des forces et se purger après sa longue période d’hibernation.

Mais peut-être connaissez-vous déjà cette variété sauvage d’ail alimentaire ?

ail des ours bois
Un champ d’ail des ours en fleurs.

L’ail des ours est une plante aromatique qui pousse sur des prairies riches en humus et les sous-bois frais et ombragés (jusqu’à 700 m d’altitude, voir plus).

Utilisée depuis l’antiquité, cette plante médicinale, proche de l’ail en parfum et en goût, ne doit surtout pas être confondue avec le muguet. Sa forte odeur d’ail lui évite généralement toute possibilité de confusion, mais si vous avez un doute, froissez les feuilles entre vos doigts. L’odeur d’ail sur vos mains vous ôtera toute crainte.

La petite histoire…:

Jadis, l’ail des ours était considéré comme une plante magique associée à la magie blanche.

On pensait que porté par une femme enceinte dans ses poches, il protégerait l’enfant à naître (source: Wikipédia).

Les Celtes et les Germains l’utilisaient déjà comme plante purifiante. On en a même retrouvé des traces dans des habitations datant du Néolithique.

Floraison et cueillette:

L’allium ursinum (de son nom scientifique), plante en repos végétatif de juin à janvier, déploie ses feuilles brillantes lancéolées* vers les mois de février et mars. Elles sortent d’un oignon allongé qui est enveloppé de pelures blanches transparentes.

ail des ours en fleursQuelques semaines plus tard, c’est en avril qu’apparaissent ses boutons floraux et ses fleurs blanches à 6 pétales naissent quant à elles entre les mois d’avril et de juin.

En fleurs, un plant peut atteindre jusqu’à 50 cm de haut.

*Se dit de tout organe végétal dont la forme rappelle celle d’un fer de lance (source: dictionnaire Larousse).

Au moment de la cueillette: passée la première feuille, ne vous fiez pas uniquement à l’odeur pour l’identification. Les mains portent en effet immédiatement une forte odeur d’ail, ce qui donne l’impression que n’importe quelle autre plante porte aussi cette odeur.

En cuisine:

Tout comme son amie la ciboulette, ses boutons floraux ainsi que ses fleurs sont eux aussi comestibles.

ail des ours bourgeons
Boutons floraux d’ail des ours.

Afin de profiter au maximum de la finesse, de la tendresse et de l’arôme intense des jeunes pousses, il est cependant conseillé de cueillir les feuilles de l’ail des ours avant la période de floraison.

Côté cuisine, on utilisera  feuilles et bulbes tranchés en fins morceaux (*) pour parfumer salades, fromages blancs, beurre, omelettes, fromages frais…

(*) =  si un simple lavage permet d’éliminer une partie des éventuels œufs de parasites qui peuvent être présents sur cet aliment (l’échinococcose), certains garantissent qu’une cuisson à 60°C est indispensable pour garder les aliments indemnes de risques, alors que d’autres affirment qu’un nettoyage à l’eau vinaigrée suivie d’un semi-séchage est amplement suffisant (ce qui permet de consommer sans aucune cuisson et donc sans altération des nutriments). À vous de voir ce qui vous convient le mieux…

En pesto, l’ail des ours accompagnera à merveille vos plats de riz et de spaghettis.

Comme beaucoup d’autres aromates et légumes, c’est en le consommant frais (peu de temps après cueillette) que vous bénéficierez de tous les bienfaits attribués à ce condiment sauvage à récolter en début de printemps. Son séchage et sa cuisson à haute température en altèrent les vertus…

Cependant, il peut bien entendu être cuit plus longuement comme le sont des épinards ou du cresson. Il sera d’ailleurs, sous cette forme, plus facilement digéré par les personnes aux intestins sensibles.

Propriétés:

ail des ours arbres

Une fois de plus, au travers d’un de ses végétaux, dame nature nous offre une mine d’oligo-éléments dont les principales propriétés sont une forte teneur en vitamine C, en souffre et en flavonoïdes (des antioxydants).

L’ail des ours est utilisé dans le traitement des pathologies cardiovasculaires. Il active la circulation sanguine, fluidifie le sang, renforce les tissus veineux et artériels, régule l’hypertension et le taux de cholestérol, diminue l’athérosclérose (perte d’élasticité des artères due à la sclérose), et est efficace contre les diarrhées et les vers intestinaux.

D’autres usages sont documentés…par exemple la lutte contre la grippe et certaines pathologies virales. Mais aussi des pathologies du foie ou encore des gastrites.

On lui prête également un effet préventif et curatif contre certains cancers.

Il a en soit les mêmes vertus que notre ail domestique, mais il est bien plus puissant.

Après le pissenlit et l’ortie, c’est un des meilleurs dépuratifs connus. C’est pourquoi, certains adeptes en font une cure de 2 à 3 feuilles hachées et rajoutées à leur salade quotidienne, et ce, à chaque printemps.

Pourquoi en consommer ?

La liste des recommandations est longue. En voici un petit aperçu…

L’ail des ours à un effet: amincissant, anti-âge, antiallergique, antibiotique, antiseptique, antioxydant, antispasmodique, dépuratif, digestif, expectorant, vermifuge, analgésique, hypotensif, et antiparasitaire.

De plus, il régule la flore intestinale et agit favorablement contre les flatulences, les diarrhées et les gastrites.

Se tamponner la peau d’une infusion d’ail des ours permettrait de calmer les eczémas/furoncles, et d’éclaircir le teint.

Contre indication:

Il est contre-indiqué d’en consommer en cas d’irritation gastrique, intestinale ou urinaire, ainsi que lors d’ inflammations des tissus cutanées ou des voies respiratoires. La prudence est également de mise chez les femmes enceintes ou qui allaitent.

La surconsommation d’ail des ours peut provoquer des crampes abdominales.

N’hésitez jamais à consulter votre médecin et/ou votre pharmacien si vous désirez de plus amples recommandations à ce sujet.

Recettes et remèdes:

En ce qui concerne l’infusion, versez environ une cuillerée à soupe rase de plantes dans une théière. Ajoutez de l’eau bouillante et couvrez.

Laissez infuser pendant 8 minutes environ avant de filtrer. Vous pourrez boire 2 à 3 tasses de cette préparation par jour pendant votre cure de printemps ou en tamponner votre peau.

ail des ours pestoPour la conservation, pensez au pesto. Pour cela, une recette toute simple: 100 grammes de feuilles d’ail des ours hachées ou mixées (selon votre goût), 1 dl d’huile d’olive et une petite cuillère à café de sel.

Préparez votre mélange et remplissez quelques petits bocaux que vous pourrez conserver au frigidaire ou dans une cave fraiche. J’ai lu sur certaines recettes qu’il est recommandé de remplir les bocaux jusqu’à 1,5 cm du couvercle afin de pouvoir y ajouter quelques cuillères à soupe d’huile d’olive de plus avant conservation.

Autre astuce culinaire : cuisinez-le en lasagnes gratinées (entre vos couches de sauces et de pâtes), ou ajoutez-en de fines lamelles avant de servir un potage.

Vous êtes plutôt branchés apéro ? Pour un guacamole de printemps, il vous faudra 2 avocats bien mûrs, le jus d’un citron vert ou d’un demi-citron jaune, quelques feuilles d’ail des ours (pour remplacer l’oignon), une poignée de coriandre, une tomate, du sel, du poivre et du piment de Cayenne.

Dans un bol, écrasez la chair des deux avocats à la fourchette. Ajoutez-y des petits dés de tomates et l’ail des ours après les avoir ébouillanté et épluché (pour la tomate). Ciselez la coriandre avant de venir l’incorporer à la préparation. Arrosez du jus de citron et épicez légèrement.

Ajustez l’assaisonnement. Miam …

Si cet article vous a convaincu, faites comme moi: informez-vous auprès de votre entourage et/ou de passionnés de la nature. Ils vous guideront très certainement hors des sentiers battus pour vous emmener à la découverte de ces plants aux super pouvoirs…

Prête pour une promenade ? Enfilez vos bottes et mettez vous en route pour une cueillette respectueuse (sans exagération et sans détérioration des lieux de cueillette). Puis, sortez votre tablier;-) Et surtout, pensez à venir nous raconter vos découvertes botaniques et culinaires ensuite !

Je vous souhaite de beaux moments nature et vous dit … à très vite !

*****************************************************************

Cet article vous a plu ? Suivez-moi sur WordPress et Facebook. Inscription gratuite et garantie 100 % satisfait ou désabonné 😉

Vous serez ainsi tenu informé de mes prochaines publications. Merci.

*****************************************************************

3 réflexions au sujet de « Mise à poil de l’ail des ours … »

  1. hihihi, kikou, trop drôle, je viens de poster un article sur le même sujet 😉
    Ton article est bien plus complet 😉
    et grand merci pour ton idée de recette de GUACAMOLE 🙂
    Je vais tester , miammiam
    Belle journée a toi Carole

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s